19/01/2009 MANIFESTATION POUR LE PEUPLE PALESTINIEN

lundi 19 janvier 2009
par  mrap40
popularité : 1%

Mont de Marsan avec le peuple de Gaza

150 personnes se sont rassemblées sur le pont des Droits de l’Homme ce lundi soir.

Il n’avait pas été possible d’organiser un rassemblement samedi sachant qu’une manifestation enseignante se déroulait à Dax le même jour, ce qui aurait empêché la participation des enseignants.

Décision avait donc été prise d’organiser un rassemblement ce lundi soir 19 janvier 2009 à 18 heures.

IL est certain que le cessez le feu intervenu durant le week-end a entraîné une baisse de la mobilisation (250 manifestants la semaine précédente). La fédération des Landes avait d’ailleurs reçu plusieurs appels de personnes s’interrogeant sur le maintien du rassemblement.

Par ailleurs les conditions climatiques très défavorables ont nuit à la mobilisation.

Mais le rassemblement sur le pont a toutefois permis d’organiser une manifestation jusqu’à la mairie.

Daniel Salhorgne président du mouvement de la paix et membre du bureau du MRAP à pris la parole au nom des organisateurs :

Mouvement de la Paix, MRAP 40, Palestine 40, LDH, CIMADE, ATTAC Marsan, France - Algérie, Association des musulmans des Landes, AMLITA, UJFP,CCFD, FSU, CGT, LCR, PCF, MRC, Parti de gauche 40

Son intervention est reproduite ci-dessous :

A l’heure où nous sommes rassemblés un fragile cessez le feu a été décidé unilatéralement par Israël et unilatéralement par le Hamas. C’est une première étape insuffisante mais indispensable pour mettre fin à cette guerre, et pour que cesse le calvaire des populations civiles. Le bilan des victimes s’élevait hier dimanche à plus de (1300) tués palestiniens, dont plus de 400 enfants et une centaine de femmes, ainsi que 6 000 blessés.

Comme le montrent les images insoutenables diffusées par les télévisions du monde entier, c’est un véritable carnage ! Les villes et les villages ne sont plus que désolation.

Des familles entières ont été décimées, des hôpitaux ont été bombardés et détruits alors que les médecins palestiniens et internationaux ne savaient déjà plus comment faire face à l’afflux de blessés, des écoles et des locaux de l’ONU, devenus refuges, ont été pris pour cibles, les besoins les plus élémentaires en nourriture, en eau, en électricité, en médicaments, ne sont plus satisfaits depuis longtemps.

L’agression israélienne doit cesser définitivement !

Au-delà des conséquences immédiates, imaginons le traumatisme à long terme pour les populations et notamment pour les enfants confrontés aux fracas des armes, des destructions, du sang et de la mort.

Certes les tirs de roquettes du Hamas doivent cesser, un mort civil, quel qu’il soit, est toujours de trop, mais quelle indécence à vouloir comparer la situation des populations israélienne et palestinienne.
1300 victimes à Gaza, à l’échelle de la France, cela représente plus de 55 000 personnes, c’est-à-dire la totalité des habitants de Mont de Marsan, de Saint Pierre du Mont et des deux cantons de Mont de Marsan.6 000 blessés, c’est 80 % de la population landaise !

Quelle horreur !quelle saloperie la guerre !

Ces crimes de guerre ne pourront pas rester impunis. La sanction internationale fera aussi partie du travail de mémoire, c’est une des conditions pour bâtir une paix juste et durable.

Mais cette première étape du cessez le feu, doit immédiatement s’accompagner d’un retrait des troupes israéliennes et de la levée du blocus.

Une force internationale de protection des populations civiles doit se déployer dans les plus brefs délais. Elle aurait pour mission, non seulement de protéger une population martyrisée, mais aussi de faire cesser le bruit des armes.

Armes qui ne circulent pas seulement par les tunnels souterrains depuis l’Egypte, mais aussi et surtout par les ports et aéroports d’Israël depuis les Etats-Unis, l’Europe, la France ou ailleurs, là où les marchand de canons font leurs affaires.

Et la disproportion des armes en présence n’est pas que quantitative, elle porte aussi sur leur nature. Plusieurs sources parlent de bombes au phosphore blanc et de bombes DIME (explosif à métaux denses et inertes) dont la particularité est non seulement de meurtrir davantage les chairs des individus, mais également d’être cancérigènes.
Les responsables politiques et militaires qui ont décidé de leur utilisation devront rendre des comptes devant la justice et l’histoire.

Comment la communauté internationale, et l’Europe en particulier, a-t-elle pu, depuis son balcon, regarder sans réagir et laisser le drame se dérouler sous ses yeux ?
La suspension de l’accord d’association entre l’Union Européenne et Israël reste d’actualité. Comment accepter des accords préférentiels avec un Etat qui manifeste un tel mépris pour les droits d’un autre peuple.

Il est temps que la communauté internationale, sous l’égide de l’ONU, intervienne, et impose le respect du droit international.Ce droit qu’elle a elle-même créé, et qu’elle se doit de défendre dans l’intérêt des peuples.

Les réponses politiques au conflit du Proche Orient sont pourtant simples, elles sont contenues dans les résolutions de l’ONU.

Elles impliquent la création d’un Etat palestinien sur les lignes frontières de 1967 avec Jérusalem est comme capitale, le démantèlement des colonies israéliennes ainsi que la destruction du mur de l’apartheid qui visent à dépecer le territoire palestinien.

Alors, et alors seulement ces deux peuples pourront s’installer dans une paix juste et durable.

C’est à cette paix qu’aspirent profondément les peuples palestinien et israélien.

Ces deux peuples, comme tous les autres, ont droit à la paix, à la sécurité, à la justice.

C’est en respectant ces droits qu’ils pourront se construire un avenir régional commun.


Navigation

Articles de la rubrique