3 avril : Mont de Marsan ; "Sur les pas de la mémoire"

jeudi 11 avril 2019
par  mrap40
popularité : 1%

Les pas de la mémoire : échanges avec Frédéric Potier, Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH)

merci au service communication de la ville de Mont de Marsan pour la fourniture des images

L’action « Sur les Pas de la Mémoire » emmène jeunes et moins jeunes sur les lieux de mémoire, proches ou lointains.

Loin de réduire les mémoires à des photos jaunies, cette action a pour vocation d’en faire des éléments d’échanges, de partage, dans le sérieux d’une salle de réunion, mais aussi lors des moments plus festifs.

La mémoire devient un des piliers de la citoyenneté au quotidien.

Du camp de Gurs au Bordeaux de l’esclavage, de l’Airial de Marquèze au musée de l’immigration Porte Dorée à Paris, de la stèle des enfants juifs au camp des mille à Aix, des Landes à Marseille, il s’agit de construire le présent avec les enseignements du passé.

Nous vivons une époque critique marquée par les fragmentations identitaires et communautaires Elles entretiennent le racisme dans ses diverses déclinaisons : antisémitisme, racisme anti-musulmans, haine des Roms.
Au-delà du racisme, la haine anti-LGBT conduit à de nouvelles expressions de violences et de discriminations qui affectent certains de nos concitoyens en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

La mémoire elle-même est soumise aux replis identitaires. Les uns vantent les bienfaits de la colonisation, invoquent une occupation à rebours avec la théorie du grand remplacement, d’autres en écho organisent des réunions de « racisés » interdites aux blancs, interdisent une pièce de théâtre anti-apartheid au motif qu’un auteur blanc ne peut pas représenter la souffrance des noirs.

En outre le conspirationnisme multiforme réécrit l’histoire.

Pour lutter contre ces replis identitaires, la Fédération des Landes a initié une action « sur les pas de la mémoire » pour faire de toutes les mémoires, douloureuses ou plus heureuses, un patrimoine commun, une richesse partagée, notamment par les plus jeunes.

Cette action se renforce du partenariat décisif de la DILCRAH, de Mont de Marsan Agglo, de la commune, de la dynamique association Peyrouat Teenagers, sans oublier les partenaires plus ponctuels mais très précieux le Café Music de Mont de Marsan, la Ligue de l’Enseignement, l’AQM.

Ce mercredi 3 avril, les jeunes du quartier (les moins jeunes aussi) se sont réunis pour un échange avec Frédéric Potier Délégué Interministériel à la lutte contre le Racisme et l’Antisémitisme.

Un clip vidéo du MRAP récapitulait les différentes phases de l’action et introduisait les échanges.

Etaient aussi présents Cédic Garence Sous-Préfet des Landes, Charles Dayot et Joël Bonnet maires de Mont de Marsan et Saint Pierre du Mont, Franck Hourmat directeur de la DDSCPP , Cathy Dupouy maire-adjointe de Mont de Marsan, Pierre Mairat co-président du MRAP ainsi que les militants locaux de l’association ; sans oublier l’équipe de Mont de Marsan Agglo sans qui ce projet des « pas de la mémoire » ne pourrait être mené à bien.

L’action « Sur les Pas de la Mémoire » emmène jeunes et moins jeunes sur les lieux de mémoire, proches ou lointains.

Loin de réduire les mémoires à des photos jaunies, cette action a pour vocation d’en faire des éléments d’échanges, de partage, dans le sérieux d’une salle de réunion, mais aussi lors des moments plus festifs.

La mémoire devient un des piliers de la citoyenneté au quotidien.

Du camp de Gurs au Bordeaux de l’esclavage, de l’Airial de Marquèze au musée de l’immigration Porte Dorée à Paris, de la stèle des enfants juifs au camp des mille à Aix, des Landes à Marseille, il s’agit de construire le présent avec les enseignements du passé.

Nous vivons une époque critique marquée par les fragmentations identitaires et communautaires Elles entretiennent le racisme dans ses diverses déclinaisons : antisémitisme, racisme anti-musulmans, haine des Roms.
Au-delà du racisme, la haine anti-LGBT conduit à de nouvelles expressions de violences et de discriminations qui affectent certains de nos concitoyens.

La mémoire elle-même est soumise aux replis identitaires. Les uns vantent les bienfaits de la colonisation, invoquent une occupation à rebours avec la théorie du grand remplacement, d’autres en écho organisent des réunions de « racisés » interdites aux blancs, interdisent une pièce de théâtre anti-apartheid au motif qu’un auteur blanc ne peut pas représenter la souffrance des noirs.

Le conspirationnisme multiforme réécrit l’histoire.

Pour lutter contre ces replis identitaires, la Fédération des Landes a initié une action « sur les pas de la mémoire » pour faire de toutes les mémoires, douloureuses ou plus heureuses, un patrimoine commun, une richesse partagée, notamment par les plus jeunes.

Cette action se renforce du partenariat décisif de la DILCRAH, de Mont de Marsan Agglo, de la commune, de la dynamique association Peyrouat Teenagers, la Fondation SNCF, avec le soutien de la Préfecture des Landes, sans oublier les partenaires plus ponctuels mais très précieux le Café Music de Mont de Marsan, la Ligue de l’Enseignement, l’AQM.

Ce mercredi 3 avril, les jeunes du quartier (les moins jeunes aussi) se sont réunis pour un échange avec Frédéric Potier Délégué Interministériel à la lutte contre le Racisme et l’Antisémitisme.

Un clip vidéo du MRAP récapitulait les différentes phases de l’action et introduisait les échanges.

Etaient aussi présents Cédic Garence Sous-Préfet des Landes, Charles Dayot et Joël Bonnet maires de Mont de Marsan et Saint Pierre du Mont, Franck Hourmat directeur de la DDSCPP , Cathy Dupouy maire-adjointe de Mont de Marsan, Pierre Mairat co-président du MRAP ainsi que les militants locaux de l’association ; sans oublier l’équipe Mont de Marsan Agglo, sans qui ce projet des « pas de la mémoire » ne pourrait être mené à bien.


Brèves

14 octobre 2016 - Monsieur Dubos n’est pas une victime, mais un chroniqueur d’extrême-droite

Monsieur Dubos se pose aujourd’hui en victime du MRAP. Pour réceptacle de sa « solitude » (toute (...)