L’antisémitisme n’est pas un racisme marginal !

vendredi 8 janvier 2016
par  mrap40
popularité : 46%

4 ans après la tuerie dans l’école juive de Toulouse, un an après celle de l’hyper-cacher à Paris , il est indigne de qualifier l’antisémitisme de fait marginal.

Notre fédération a pris connaissance avec consternation d’une intervention faire au nom du MRAP de Gironde lors d’un séminaire organisé au musée d’Aquitaine de Bordeaux et intitulé « la Fabrique de la Xénophobie. »

Dans cette intervention l’antisémitisme est considéré comme un phénomène « typiquement limité » et « marginal » « dont on parle beaucoup ! »

Il est écrit : "Enfin, j’évoquerai l’antisémitisme : c’est typiquement un racisme limité de nos jours – même si on en parle beaucoup - et il est d’essence confessionnelle. Il est surtout évoqué par une partie de l’extrême droite ....
L’antisémitisme demeure néanmoins marginal malgré les efforts du CRIF et de la LICRA, appuyés par le gouvernement (cf. les positions de la DILCRA)
(voir "contribution-du-mrap-sur-l-origine-de-la-xenophobie" sur le site de assopourquoipas33.over-blog)

Ainsi donc l’antisémitisme ne serait qu’un "racisme typiquement limité de nos jours" qui ne devrait sa notoriété qu’aux "efforts du CRIF et de la LICRA et de la DILCRAH". Ce conspirationnisme n’étonnera pas venant d’un personnage qui évolue dans le marigot complotiste de "reopen 9/11").

Jonathan Aryeh et Gabriel Sandler, Myriam Monsonego assassinés dans l’école juive de Toulouse ainsi que Yoav Hattab, Yohan Cohen, Philippe Braham et François-Michel Saada tombés sous les balles des assassins dans l’épicerie Casher de Paris ou encore Ilan Halimi ne seraient donc, selon ce représentant du MRAP GIronde, que les victimes d’un racisme "typiquement limité".

Une balle dans la tête de juifs dont des petits enfants... un racisme "marginal" ? ..c’est abject !.

Le MRAP des Landes lutte contre tous les formes de racismes, quelles que soient les populations victimes (notamment arabes, africaines, musulmanes, noires, juives ou roms).

Le MRAP, tant dans les Landes que sur le plan national récuse toute hiérarchisation des racismes et leur mise en concurrence."

Notre Fédération n’a rien à voir avec les propos exprimés à Bordeaux qui salissent 60 ans de notre histoire.

Le MRAP national a aussi manifesté sa réprobation des propos tenus à Bordeaux. L’association "pourquoi pas" organisatrice de la rencontre où les paroles litigieuses ont été tenues publie sur son site la lettre de la présidence du MRAP ci-dessous.

Le Mouvement contre le Racisme et pour la Paix
43 boulevard Magenta
75010 Paris
à Monsieur Jean-Pierre Lefèvre
coordonnateur de assopourquoipas33.

Monsieur,

Vous avez publié sur le blog de votre association une intervention faite au nom du MRAP33 lors d’un séminaire intitulé « la Fabrique de la Xénophobie. » organisé le 12 novembre 2015 au musée d’Aquitaine de Bordeaux par le Laboratoire « LAM » rattaché au CNRS et à Sciences Po Bordeaux.

Cette intervention intitulée "Figures, évolutions et continuité de la xénophobie en France » est accessible par le lien
http://assopourquoipas33.over-blog.com/2015/12/contribution-du-mrap-sur-l-origine-de-la-xenophobie.html

Le MRAP, organisation nationale et ses comités présents sur tout le territoire National sont engagés dans la lutte contre toutes les formes de racisme. Ils récusent leur hiérarchisation ainsi que le MRAP l’a rappelé lors de son Congrès d’octobre 2015 qui précise que « le racisme est un et indivisible bien que ses formes soient multiples et souvent liées entre elles ».

Cela signifie en particulier que le MRAP ne peut partager les propos tenus lors de ce séminaire qui estiment que "L’antisémitisme demeure néanmoins marginal malgré les efforts du CRIF et de la LICRA, appuyés par le gouvernement (cf. les positions de la DILCRA)".

Après la tuerie antisémite de l’école juive Ozar Hatorah à Toulouse, celle du musée juif de Bruxelles et celle du supermarché casher porte de Vincennes à Paris, et alors que les actes antisémites se sont multipliés comme les actes islamophobes et anti-roms, la réduction de l’antisémitisme à un « racisme limité » et « marginal » conduit à une forme de négation de la réalité dramatique de cette forme de racisme.

L’antisémitisme dont « on parle beaucoup » serait le fruit d’efforts du gouvernement israélien, du CRIF de la LICRA ou de la DILCRA. Selon ce retournement de causalité le racisme antisémite serait une conséquence d’une propagande des juifs eux-mêmes ou de ceux qui sont supposés les soutenir.

À l’heure ou les actes racistes multiformes se multiplient, visant les populations arabo-musulmanes, africaines, roms, musulmanes ou juives, cette sous-estimation de l’une de ces formes de racisme, réduite à un fait marginal s’inscrit dans une concurrence des racismes totalement étrangère aux orientations du MRAP.

Nous vous demandons donc de faire apparaître sur votre blog, dans vos comptes rendus de ce séminaire, ce rappel des orientations fondamentales du MRAP.
Veuillez agréer, Monsieur, nos salutations antiracistes.

Paris le 6 janvier 2016
Pour le MRAP, les présidents
Jean-Claude Dulieu, Augustin Grosdoy, Renée Le Mignot

— envoyé par Présidence du MRAP (presidence@mrap.fr)


Brèves

14 octobre 2016 - Monsieur Dubos n’est pas une victime, mais un chroniqueur d’extrême-droite

Monsieur Dubos se pose aujourd’hui en victime du MRAP. Pour réceptacle de sa « solitude » (toute (...)