Rassemblement Initié par le MRAP avait le soutien de 20 organisations contre la barbarie obscurantiste, pour la liberté et la laïcité.

dimanche 25 octobre 2020
par  mrap40
popularité : 12%


Après l’assassinat de Samuel Paty par un fanatique islamiste, le MRAP a pris l’initiative d’un rassemblement contre l’obscurantisme et le fanatisme, pour la liberté et la laïcité.

Un premier groupe d’associations : Comité départemental d’association des familles laïques des Landes, le Mouvement de la Paix, Amnesty International avaient rejoint le MRAP dans l’appel initial.

Celui-ci avait rapidement reçu le renfort de la Ligue de l’enseignement, la Ligue des droits de l’homme, la FCPE des Landes, l’Unsa, Solidaires, la CGT, la FSU, la Libre pensée des landes, les Francas, la JPA, l’association de la mosquée Errahma, la Cimade, l’Amicale laïque, le Planning Familial . Des partis politiques s’y sont également joints la Gauche républicaine et socialiste, le Parti socialiste, le Parti communiste, Génération.s et la France Insoumise.

La ministre déléguée aux Anciens combattants Geneviève Darrieussecq, des parlementaires et des conseillers régionaux, départementaux ou municipaux de diverses sensibilités étaient aussi présents lors du rassemblement.

Quelques minutes avant le rassemblement nous avons compté plus de 250 personnes, d’autres ont rejoint le les personnes présente nous estimons une participation finale de 300 à 400 personnes.

Valérie El Bakkali présidente du MRAP des Landes a prononcé un discours dont le texte est reproduit ci-dessous.

Michou Chusseau d’Amnesty a procédé à la lecture de la lettre qu’Albert Camus avait écrite à son enseignant, après avoir reçu le Prix Nobel de littérature.
Une minute de silence en mémoire de Samuel Paty a été respectée.

Intervention de Valérie El Bakkali

Contre l’obscurantisme et le fanatisme, pour la liberté et la laïcité
….............................................

Un enfant de 5 ans, le fils de Samuel Paty, entre dans la vie avec le fardeau d’un père décapité par un fanatique.

Les premiers mots de ce rassemblement seront donc adressés à cet enfant, aux proches, aux amis, aux collègues de Samuel Paty.

Nous les assurons de tout notre soutien moral.
Puissent ces quelques mots leur apporter un peu de réconfort.

Samuel Paty faisait partie de ces « hussards de la République », comme on dit… qui enseignent l’art subtil du sens critique. Ce sens critique qui permet le décryptage des idées toutes faites et d’éviter « le prêt-à -porter » des révélations et des dogmes religieux ou non.

Hussards de la République oui ! mais des hussards dont les seules armes sont le stylo et le livre… la connaissance et son partage....
Ces armes là malheureusement ne peuvent pas toujours s’opposer aux couteaux des barbares.

Durant ces journées tragiques, nous avons tous vu défiler les images de ces « Samuel Paty » qui ont marqué notre enfance et notre adolescence.
Des prénoms, des noms restent gravés dans nos mémoires et nos cœurs. Loin de nous la volonté de hiérarchiser les crimes des intégristes islamistes, tous sont épouvantables.

Mais celui d’un enseignant nous renvoie à nos histoires personnelles, à notre construction de femme et d’homme marqués par des visages de maîtres, de maîtresses, de professeurs .
Des anecdotes d’écoliers nous restent en mémoire tant d’années après...

L’image de Samuel Paty ne quittera jamais les collégiens qui auront eu le bonheur de le connaître, mais aussi le malheur de le perdre ce vendredi 16 octobre 2020.

Mais l’hommage à Samuel Paty ne peut se limiter à l’émotion qui nous submerge.
Huit jours jours après le drame, cet hommage doit s’accompagner des premiers enseignements pour qu’une telle barbarie ne se reproduise plus…
263 personnes on été tuées, depuis 12 ans, dans notre pays, par des fanatiques se réclamant de l’islam.

⇒ Ces mêmes fanatiques qui durant les années de plomb, en Algérie, ont massacré des journalistes, des démocrates, des femmes qui refusaient l’effacement auquel les destinaient les islamistes du Front Islamique du Salut ou du Groupe Islamique Armé

Ce sont les mêmes qui ont déposé leurs bombes sur les marchés des pays arabes.

Durant ces dernières décennies ils ont tués des dizaines de milliers de personnes , la plupart musulmanes .

Nous savons donc ce qu’ils peuvent faire. Nous connaissons leur projet politique, celui de la soumission à leur ordre divin qui n’est que l’ordre du fascisme religieux.
Nous devons les combattre sans concession ici.

Ces crimes commis par des fanatiques , ne peuvent être considérés comme des faits isolés extérieurs à l’Islam. Le nier, par peur d’amalgame, n’aiderait pas à éradiquer le phénomène.

Chaque doctrine religieuse ou politique peut porter des monstres en son sein et l’islam n’échappe pas à cela.

C’est parce que l’intégrisme est un aspect de l’islam, minoritaire certes, que des représentants au plus haut niveau de cette religion comme à Bordeaux, Paris, Drancy, entre autres, appellent à un sursaut et veulent mobiliser leurs fidèles contre l’intégrisme.

IL appartient à l’État de les aider , par une action policière et juridique à la hauteur du défit… mais aussi par une action économique politique et sociale conséquente car les intégristes s’implantent plus facilement dans les zones de relégation sociale.

Mais si l’islamisme est une composante de l’islam il n’est pas l’islam dans son ensemble et il représente encore moins l’ensemble des musulmans qui dans leur grande majorité vivent leur foi dans le respect de la république, de ses lois et le respect de la laïcité.

« L’islamisme est une maladie de l’islam » disait l’imam de la mosquée de Drancy

Il nous appartient de le rappeler et de combattre tous ceux qui à l’extrême-droite pratiquent l’amalgame et accusent l’ensemble des musulmans des dérives de l’islam politique.

Cela ne peut que renforcer les replis identitaires et les engrenages victimaires dont se nourrissent les prédateurs de l’islam politique.

C’est la stratégie permanente de l’extrême-droite, (en cela elle s’apparente aux islamistes) que de stigmatiser toute une population devenue bouc émissaire, qu’elle soit musulmane , juive, homosexuelle ou autre..,

Mais il serait partial de ne dénoncer que les seules dérives à droite de l’échiquier politique.

Sur le flan gauche des erreurs, des fautes politiques , voire des compromissions avec l’islam politique n’ont pas aidé à lutter contre l’islamisme et les atteintes à la liberté d’expression, je l’évoquerai plus tard.

Les assassins islamistes ne sont pas des déséquilibrés hors sol ... ils se nourrissent d’un terreau.

Des prêcheurs, des leaders dans certaines mosquées, certaines associations, certains clubs sportifs aussi ont patiemment, méthodiquement, diffusé des discours de rupture d’avec les valeurs républicaines.

Leurs paroles appellent à substituer la loi de Dieu à la loi commune de la République. En cela, ces prêcheurs ne sont pas différents des intégristes des autres religions.

Ainsi leur obscurantisme n’a pas grand-chose à envier à celui des chrétiens intégristes qui défilaient ici même il y a 15 jours contre la loi bio-éthique.

Ces islamistes sont particulièrement présents sur les réseaux sociaux.
Sur des chaînes YouTube, on peut voir des prêches moyenâgeux s’attaquer à l’égalité homme-femmes, à la liberté d’expression, à celle d’écrire ou de dessiner.
Ceux là ne brandiront pas le couteau ou la kalachnikov, mais ils déposent leur venin dans les esprits les plus faibles qui passent alors aux actes.

IL appartient à l’État d’agir avec fermeté pour poursuivre en justice tous ces propagandistes du fanatisme religieux qui prolifèrent sur les réseaux , comme prolifère aussi le racisme en général.

Mais il y a une autre strate de responsabilité dans le climat délétère actuel dont se nourrissent les fanatiques comme celui qui a tué à Conflans-Sainte-Honorine :

Ce sont les organisations d’un islam politique plus polissé comme le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France), la mouvance politico-religieuses dites indigènes , qui n’ont eut de cesse depuis 10 ans de présenter les dessinateurs de Charlie comme des islamophobes..

Après la première agression de Charlie en 2011, un incendie, ces militants de l’islam politique signaient un texte qui comportait ceci : « Il n’y a pas lieu de s’apitoyer sur les journalistes de Charlie Hebdo ... les dégâts matériels seront pris en charge par leur assurance, .. « 

4 ans après les journalistes étaient abattus par une rafale de kalachnikov dans leur locaux du journal, l’incendie était un avertissement.

Depuis les années 2005 l’islam politique a collé la cible « islamophobe » sur ceux qui défendent la laïcité, le droit au blasphème, l’égalité homme-femme, la neutralité des salles de classe contre les emprises religieuses .

  • Islamophobe : Caroline Fourest militante féministe et laïques
  • Islamophobes : ceux qui critiquent des dogmes religieux,
  • Islamophobes : les antiracistes comme certains d’entre nous au MRAP qui refusent de confondre la défense des personnes musulmanes avec la défense du dogme religieux
  • .
  • Islamophobe : la République elle-même quand elle adoptait un loi pour interdire les signes religieux dans l’éducation nationale ou la burqa dans la rue.

Il était inévitable que les plus fanatiques aient tiré sur les cibles qu’on leur désignait.

Mais cet islam politique a aussi reçu le renfort d’une frange d’intellectuels de gauche, qui abusé par le vague discours anticapitaliste de l’islam politique a pratiqué le relativisme culturel et le paternalisme à l’égard de ces groupes réactionnaires.

Ces relativistes culturels toléraient, dans les franges réactionnaires de l’islam, les atteintes à la laïcité, au droit des femmes et des homosexuels qu’ils n’auraient pas toléré chez les intégristes chrétiens de CIVITAS.

Ces intellectuels là n’ont pas aidé à isoler l’islam politique.

Et c’est parce que Samuel Paty a utilisé ces dessins qualifiés d’islamophobe pour inviter ses élèves à réfléchir sur la liberté d’expression, qu’il a été égorgé.

Ces dessins que vous voyez là sont devenus des cibles.

C’est parce que nous refusons de céder à la peur que nous les portons aujourd’hui . ,

Nous les portons en hommage aux dessinateurs assassinés, en hommage à Samuel Paty assassiné à son tour, tout cela pour quelques coups de crayons.
Dans notre République, la liberté d’expression et la laïcité ont été gagnées par des combats souvent très durs contre les conservatismes religieux.

Un cadre laïque s’est imposé permettant aux croyants et non croyants de vivre en harmonie,

Un cadre laïque dans lequel l’islam peut se fondre comme les autres religions.

Un cadre dans lequel les élèves peuvent éveiller leur conscience et leur curiosité sans le carcan des dogmes,.. sous la responsabilité de leur enseignant,... d’un « Samuel Paty ».

.Pour lui, pour tous ceux qui sont morts ces dernières années, soyons intransigeants contre les pressions religieuses rétrogrades , comme nous devons l’être contre toute stigmatisation des musulmans qui vivent leur foi dans le respect des lois.

Affirmons qu’il ne peut y avoir de liberté et de laïcité négociées avec les conservatismes religieux.

Seul l’universalisme pourra nous préserver de toutes ces tragédies.

C’est le meilleur hommage que nous puissions rendre à Samuel Paty et à toutes les victimes de la barbarie islamiste.


Brèves

14 octobre 2016 - Monsieur Dubos n’est pas une victime, mais un chroniqueur d’extrême-droite

Monsieur Dubos se pose aujourd’hui en victime du MRAP. Pour réceptacle de sa « solitude » (toute (...)